• Blogue

Capsule #2 - Les jugements

Lorsqu'un enfant perçoit un rapport chaleureux et bienveillant entre ses parents et sa RSG, il se sent en sécurité et devient disponible à réaliser des apprentissages.

Lorsque je juge un parent, devant un enfant, je nuis à son développement. Le lien de confiance étant brisé, il peut même se retrouver intriqué dans un conflit de loyauté.

Qui suis-je pour juger un parent? N'oublions pas que chacun de nous doit faire face à une réalité bien différente...

Manon Labonne
- 26 juin 2018 at 14:00

Votre capsule était essentielle! Les gens s'autorisent à parler contre les autres parce qu'ils sont convaincus d'avoir raison et d'avoir une juste vue des choses et des événements. Or, très souvent, nos yeux peuvent être brouillées avec des choses qui sont dans notre coeur, des choses telles que la jalousie, l'amertume, la rébellion. Votre vidéo montre bien la facilité et la gratuité du jugement. Les enfants n'ont ni besoin de l'entendre, ni besoin de le porter sur leurs épaules. Bravo encore une fois!

Merci pour votre commentaire! En effet, lorsqu'on bascule dans le jugement, on s'éloigne de l'enfant... on brise le lien et on le plonge dans l'insécurité. À qui peut-il faire confiance si les personnes qui sont sensées être bienveillantes envers lui se jugent de façon négative ? Car, l'inverse peut aussi se produire. Si les parents émettent des jugements envers leur RSG... Comment peut-il évoluer, s'épanouir et acquérir de nouveaux apprentissages s'il ne se sent pas en sécurité ?
lise laramee
- 26 juin 2018 at 20:33

un enfant est un petit ange heureux et sans prejuge pourquoi le rendre inquiet et malheureux avec des jugements .

Votre commentaire démontre beaucoup d'empathie... merci de votre partage!
Réagir à ce billet

Coordonnées

Bureau coordonnateur :

375 QC-137,
La Présentation, QC J0H 1B0

Tél. : 450.768.2848
Télec. : 450.488.0075